La maîtrise du risque infectieux

Les infections nosocomiales font l’objet d’un travail de prévention et de surveillance au sein de l’établissement. Des protocoles permettent la prévention des risques infectieux (qualité de l’eau, procédure des soins, élimination des déchets des soins…).

Le CLIN (Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales) est l’instance qui coordonne la politique de lutte contre les infections nosocomiales au sein de l’établissement.

L’établissement mène une évaluation a priori sur le risque, et une évaluation a posteriori selon le manuel national d’auto-évaluation de la maîtrise du risque infectieux en EHPAD élaboré par le GREPHH. Ces évaluations permettent d’identifier les risques et de déployer des actions permettant l’atténuation des risques. Le Centre Hospitalier doit établir un bilan d’activités de lutte contre les infections nosocomiales. Ce bilan est mis à la disposition des usagers sous forme d’un score agrégé reflétant le niveau d’engagement de chaque établissement dans la prévention des infections nosocomiales. Les résultats du score agrégé sont affichés au niveau des halls d’accueils. Ses résultats peuvent également être consultés sur le site PLATINES : http://www.platines.sante.gouv.fr/

Le CLIN dispose de moyens pour appliquer sa politique et ses programmes annuels. Il s’agit de l’équipe opérationnelle d’hygiène qui est une équipe inter-établissement (réseau sectorielle de proximité), du correspondant en hygiène hospitalière et de référents hygiène nommés dans chaque service. Ces professionnels réalisent de la formation, de l’information et des audits de pratiques afin de s’assurer que les procédures soient respectées au niveau des soins. Ils veillent également au respect des règles d’hygiène et de sécurité alimentaires, ainsi qu’aux règles de bonnes pratiques concernant les circuits déchets et linge.

Document d’Analyse du Risque Infectieux
La circulaire interministérielle n° DGCS/DGS/2011/377 du 30 septembre 2011, relative à la mise en œuvre du programme national de prévention des infections dans le secteur médico-social 2011/2013, précise que les établissements médico-sociaux doivent réaliser leur analyse de risque et la formaliser dans un « document d’analyse du risque infectieux » (DARI).