La politique qualité de l’établissement

La politique qualité est globale

Elle concerne l’ensemble des sites du CH2P et traduit la volonté de l’établissement :

– d’améliorer la qualité des services rendus aux patients/résidents
– d’améliorer la qualité des soins
– de se mettre en conformité avec les exigences réglementaires et développer une politique de gestion des risques.

 

Une démarche transversale

La politique qualité de l’établissement se matérialise par la mise en oeuvre de processus, procédures, protocoles transversaux favorisant et renforçant la réactivité des équipes, avec pour seul objectif la satisfaction des patients/résidents, des familles, et autres intervenants extérieurs.
Ces règles que nous définissons, et améliorons sans cesse, concernent principalement le développement des compétences, l’hygiène, l’amélioration du service et des soins rendus aux patients/résidents.

 

L’évaluation

Au delà du dialogue régulier avec les soignants permettant d’évaluer les besoins et de réagir en temps réel, l’établissement cherche en faisant de « l’amélioration continue » à dépasser les simples critères de conformité.
Cette amélioration continue repose sur l’évaluation des pratiques, des audits de dossier patient/résident, des enquêtes sur la satisfaction des patients/résidents, des évaluations de nos prestataires de service, etc…

 

La gestion des risques

La démarche qualité englobe la politique de gestion des risques, qui a pour but de favoriser l’intégration de l’analyse et de la gestion des risques dans l’ensemble des activités et au sein des axes prioritaires.

La stratégie mise en oeuvre se décline autour :

  • d’une politique rigoureuse d’identification des risques, qui sont identifiés au niveau de :
    • la relation avec les usagers: les enquêtes de satisfaction auprès des usagers, les questionnaires de sortie.
    • les plaintes des patients/résidents.
    • les résultats des contrôles externes dans le cadre de la sécurité sanitaire.
    • la déclaration des événements indésirables, des erreurs médicamenteuses.
    • les alertes sanitaires, les vigilances.
    • la définition de la cartographie des risques.
  • d’une politique de prévention visant à réduire l’amplitude et la fréquence des risques identifiés.
  • d’une organisation et d’outils de gestion de crise permettant d’identifier et de traiter aussi efficacement que possible l’apparition d’indices laissant envisager la survenance d’un incident
  • d’une politique globale de couverture financière visant à minimiser les conséquences de certains événements potentiels sur les comptes